Connexion
Mot de passe perdu ?
Je souhaite créer un compte
18/6/2015 : Nouvelle opération de maintenance sur le site.
N'hésitez pas à nous signaler les problèmes éventuels.
Les Albums et séries Michel Vaillant www.michelvaillant.com Forum / Les Albums et séries Michel Vaillant /

Saga Vaillant

 Page Page 4 of 5:  ««  1  2  3  4  5  »» 
Auteur titzef
Membre
#46 | Posté le: 28 Juin 2018 21:50 | Edité par :titzef
Type A
Henri Vaillant a intégré la toute jeune firme Citroën, bien qu'ayant plusieurs années d'expérience dans la mécanique, Henri n'en reste pas moins un novice. Néanmoins, il a obtenu la confiance d'André Citroën et Georges Marie Haardt. Lequel ne s'était pas trompé en misant sur ce très jeune mécanicien.
En lançant la Type A, en juin 1919 une automobile « Prête à rouler», c'est une révolution commerciale qu'André Citroën met en place : Réseau de distribution et d'après-vente, pièces de rechange, crédit, signalisation routière, taxis, jouets...
La type A, dite 10cv, est inspirée de la Zèbre de Jules Salomon, inventeur de la voiture légère, sa ligne est d'influence américaine particulièrement de Chrysler. La Type A, est la première automobile construite en Europe en grande série, la première voiture économique livrée complète: éclairage et démarreur électriques, capote, roue de secours habillée, etc. C'est la première voiture française avec le volant à gauche. C'est aussi la première voiture populaire, systématiquement étudiée pour être mise entre toutes les mains.
Son prix de lancement, 7 950 francs, est exceptionnellement bas pour l'époque.
La Type A est dotée d'un moteur 4 cylindres, 1 327 cm3 très économique, ne consommant que 7,5 litres d'essence aux 100 km. 18 ch réels à 2100 tours/minute, 8CV fiscaux, boîte trois vitesses. Elle atteint facilement 65 km/h en paliers. La Torpédo a 3 portes, 3 et 4 places, en conduite intérieure 3portes, 3 et 4 places en coupé de ville.
Dès la fin de l'année 1919, apparaissent les premiers véhicules utilitaires : sur châssis de Type A, un fourgon-plateau de 300 kg de charge utile.
Elle est produite à 28.400 exemplaires de 1919 à 1921.
Un journaliste fort connu, grand reporter à "L'Auto" (L'Equipe aujourd'hui....) et "La Vie Automobile" y consacre une de ses plus belles plumes:
« Nos constructeurs ont compris rapidement que leur programme devait avant tout être utilitaire et que les acheteurs demandaient un véhicule léger, pratique, économique de consommation et d'entretien, apte au besoin à tous usages : circulation urbaine et grand tourisme. C'est une voie dans laquelle Citroën s'engagea le premier : il y a rapidement réussi ... En moins de trois ans, André Citroën a conquis sur le marché automobile une situation prépondérante. Il a travaillé fiévreusement, il a livré, dans des circonstances très difficiles, une quantité incroyable de 30.000 voitures, et, parallèlement à cet effort de production, il a mené une campagne extraordinairement active quant aux manifestations publiques de tout ordre : salons, expositions, courses et concours. Je ne puis pas m'empêcher de penser que la ligne de conduite de Citroën est probablement la meilleure et qu'il y aurait tout intérêt à ce qu'elle devint la règle dans une industrie qui peut d'ailleurs s'enorgueillir d'avoir dans ses rangs plusieurs hommes d'une valeur exceptionnelle, il y a un jeune mécano qui mérite toute l'attention d'André Citroën et de son équipe, un jeune Breton Henri Vaillant. Non seulement, il "mécanique" de manière exceptionnelle, mais c'est aussi un brillant metteur au point. S'il parvient à se faire un nom au sein de l'industrie automobile, je lui vois un grand avenir..."
Ces propos élogieux, écrit par Charles Faroux, touchent le jeune Henri, découvrant ces quelques lignes dans "L'Auto".
L'homme à l'imperméable et au chapeau feutré, ancien polytechnicien comme Citroën, avait enfourché son vélo pour assister au circuit des Ardennes, à la Coupe Gordon Bennett en 1905. A l'Hotel Dieu, il aperçoit 3 Panhard, le capot ouvert. Faroux scrute le moteur, et écrit dès le lendemain au courrier de "L'Auto" : "j'ai vu les 3 Panhard, elles n'iront pas loin, le refroidissement est mal calculé..." Et effectivement le surlendemain, les 3 Panhard sont stoppées, refroidissement insuffisant.
C'est à la suite de ce courrier que Géo Lefèvre persuada Henri Desgranges, directeur de "L'Auto" et créateur du Tour de France de faire venir Charles Faroux au sein de la rédaction du quotidien sportif, déjà connu pour avoir été champion du monde amateur de billard et d'échecs
Faroux devint par la suite directeur de course, botamment du Rallye de Monte-Carlo, du Grand Prix de Nice ou de la Marne et bien sûr de l'Automobile Club de France.
Lors de sa visite à quai de Javel et après avoir essayé ce tput nouveau modèle Citroën, Faroux se prend d'affection pour xe jeune mécanicien encore inconnu qu'est Henri Vaillant.
"Comment avez vous fait pour atterrir ici à Paris, jeune Henri?" Demande t'il?
C'est une longue histoire" répond doucement Henri. "Ça tombe bien j'adore les histoires" dit il en riant.
Venez donc faire un tour au faubourg Montmartre me raconter celà reprend Faroux", j'aimerai également que vous m'accompagnez au Grand Palais, prochainement, au salon de l'Auto" . J'y ai un rendez vous fort important". "Il me faut l'accord de mes patrons" reprend Henri.
"J'en fais mon affaire" termine Faroux.
J'ai en effet un rendez vous important avec Georges Durand président de l'Automobile Club de la Sarthe, Emile Coquille préfet de ce département, pour l'organisation d'une course de huit heures devant se finir de nuit..."
Une course? Une vraie course automobile"?? "Mais oui jeune Henri" tempérant le jeune débordant d'enthousiasme. Nous nous reverrons mais au salon...."
Prochain épisode : La COUPE RUDGE WHITWORTH ;-)
Auteur Philip1956
Membre
#47 | Posté le: 30 Juin 2018 08:33
titzef

Merci "titzef"!
Auteur animator
Membre
#48 | Posté le: 30 Juin 2018 11:22
merci titzef !

Tu as eu là une très bonne idée et comme cela a été dit plus haut plus de réactivité que les auteurs. Ton histoire mérite amplement d'être mise en images.

Joël
Auteur hurricane
Membre
#49 | Posté le: 30 Juin 2018 22:14
Bravo et merci pour cette passionante histoire.
Auteur jpbfanclub
Membre
#50 | Posté le: 30 Juin 2018 23:14
titzef:
Prochain épisode : La COUPE RUDGE WHITWORTH ;-)

Auteur Philip1956
Membre
#51 | Posté le: 1 Juil 2018 09:25
jpbfanclub:
Prochain épisode : La COUPE RUDGE WHITWORTH ;-)

Merci "jpbfanclub" pour cette précieuse anticipation.

Sympathique hibou sur l'arbre avec ses yeux illuminés qui nous rappelle l'ancien logo du chat des phares "Marchal".
Auteur titzef
Membre
#52 | Posté le: 1 Juil 2018 11:17 | Edité par :titzef
Voilà.... C'était une petite devinette...
Vous comprendrez au cours de cette épisode, la genèse puis la création des 24 Heures du Mans, par Georges Durand, Emile Coquille, et Charles Faroux.
Je ne veux pas trop en dire concernant cet épisode dont j'ai commencé l'écriture.
Finalement peu de choses ont été dites et écrites sur la création des 24 Heures du Mans.
Henri Vaillant est témoin tout au long des épisodes à tous les bouleversements du XXème siècle.
Pour répondre à ce qui a été dit par Animator, je dessine mais ne suis pas suffisamment doué pour dessiner cette histoire, par contre je me sentirai capable de transformer ce récit en scénario, ayant des facs similés des scénarios de Jean Michel Charlier.. Dessiner ou scénariser représenterait un travail à temps complet, et ne suis pas certain que Graton Editeur veuille s'adjoindre d'un nouveau scénariste.
Mais il faudrait effectuer un sacrétravail de recherche, photographiques et journalistiques, sur le Brest d'Avant Guerre, sur tous les véhicules d'époque. La Chenard et Walcker du musée des 24 Heures n est pas la voiture victorieuse de l'édition inaugurale.
Il est évident qu'il y aurait tant à raconter dans la mesure où la France est à l'aurée des années 30 premier producteur mondiale d'automobiles, et berceau de la compétition.
C'est ma toute première expérience de romancier et après des hésitations, ai décidé de me jeter à l'eau. Je tiens à respecter l'oeuvre de Jean Graton en tout point, ce qui veut dire que je respecterai le fait qu'Henri Vaillant ne concevra sa toute première voiture pour l'édition 1939 des 24 Heures du Mans, et son statut de constructeur en 1946.
Auteur jpbfanclub
Membre
#53 | Posté le: 1 Juil 2018 17:25
Philip1956:
Merci "jpbfanclub" pour cette précieuse anticipation.

De rien c'est simplement pour partager ....

titzef:
C'était une petite devinette...
Vous comprendrez au cours de cette épisode, la genèse puis la création des 24 Heures du Mans, par Georges Durand, Emile Coquille, et Charles Faroux.
Je ne veux pas trop en dire concernant cet épisode dont j'ai commencé l'écriture.
Finalement peu de choses ont été dites et écrites sur la création des 24 Heures du Mans.

J'ai moi aussi très modestement réalisé un petit billet sur cette course mythique à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2018/02/02/Les-24-Heures-du-Mans


Auteur VAILLANT MOTARD
Membre
#54 | Posté le: 1 Juil 2018 21:03
Merci Titzef !
Auteur fredjaw
Membre
#55 | Posté le: 7 Sep 2018 20:05 | Edité par :fredjaw
Salut à tous !
Super boulot Titzef.
Je crois comprendre que tu es du Mans et impliqué dans le sport auto.
J'aurai bien aimé discuter de tout ça avec toi si tu as un moment (je ne suis pas au Mans même si j'y ai encore quelques copains).
A bientôt.
Fred fredjaw chez yahoo point fr
Auteur titzef
Membre
#56 | Posté le: 9 Sep 2018 21:40
Automne 1922,
Sous les verrières du Grand Palais, tous les constructeurs sont présents. Il ne manque personne: les grands constructeurs Citroën et Renault qui vont se livrer dans les années un duel à mort que leurs fondateurs paieront, hélas, très cher, Peugeot, Panhard et Levassor, Hotchkiss, Voisin, mais aussi les constructeurs de prestige: Amilcar, Hispano Suiza, Voisin, Bugatti, Delage, Delahaye...
Henri, invité de Charles Faroux, ne sait donner de la tête de ses joyaux illuminées par la lumière qui perce les glaces du Grand Palais. Dans une annexe, une discussion animée, passionnée allait donner naissance à la grande épreuve qui allait transformer le paysage automobile mondial.
En effet, au sortir de la guerre, les constructeurs ne sont plus omnubilés par les nombreux Grands Prix organisés avant le conflit. Il subsiste certes les Grands Prix de voiturettes et de cyclescars et surtout du Grand Prix de l'Automobile Club de France.
Charles Faroux, représentant du constructeur Rudge-Withworth a obtenu auprès de la firme du même nom, le financement de cette épreuve d'Endurance de 8 Heures. Georges Durand de son côté, caresse un vieux rêve de la création d'un Grand Prix international d'Endurance depuis 1906, et la création de l'Automobile Club de La Sarthe.
Faroux avait sondé ses lecteurs de "La Vie Automobile" et le nombre de retours de courriers le convainc, qu'effectivement les constructeurs devaient leur renommée à une fiabilité sans faille.
Faroux, se fait adjoindre d'une équipe de commissaires sportifs dont Géo Lefèvre papa du Tour de France pour établir ce tout premier réglement, qui aussi surprenant que celà puisse paraitre, sera dépourvu d'un classement général d'après course. Cette réglementation, trop honnête, avec des voitures exclusivement de série, se révèlera, à terme, non viable. La course finira par y prendre ses droits, afin que ce Grand Prix international d'Endurance y puisse construire sa légende....
"Et pourquoi pas une course de 24 Heures " exprime Durand? "Voyons" reprend Faroux, "nous n'aurons pas les autorisations nécessaires". "J'en fais mon affaire" termine Durand et effectivement, il n'eût aucun mal à obtenir l'autorisation préfectorale, autre temps....
En mai 1922, Eugène Mauve avait lancé le premier Bol d'Or automobile...
Plus rien n'allait stopper l'immense marche en avant de la grande course automobile que rien ne pourrait arrêter.
La réunion se terminant Faroux retrouve Henri qui flâne au milieu de ces merveilles qui ne cessent de l'éblouir...
En voyant le visage radieux de Charles Faroux, son feutre syr la tête et son inséparable imperméable, Henri comprend, que le 26 et 27 mai prochain, il assisterait pour la première fois, sa première grande épreuve automobile.
En attendant, il continuera de se perfectionner dans son métier chez Citroën. Henri est bien conscient de l'immense chance d'avoir connu Charles Faroux.
"Allez jeune Henri, je vous convie à déjeuner".
Henri quitte le Grand Palais, la tête toute à ses rêves....

Prochain épisode : LA COURSE enfin !
PS: merci pour les compliments Fred, je vis en Bretagne, je suis commissaire sportif international auto, et officie effectivement au Mans.
Vous pouvez m'écrire à titzef2003@yahoo.fr
Auteur titzef
Membre
#57 | Posté le: 9 Sep 2018 21:45
Je n'ai hélas pas assez de temps pour me consacrer pleinement à cette histoire, le boulot, les activités d'officiel, et un accident de la route provoquée par des Espagnols pétés comme des coings (j ai été légèrement blessé) ont retardé l'avancée de ce récit.
Le prochain épisode est entièrement consacré à la course c'est promis. Mais je dois mettre chaque élément en place de manière cohérente et crédible.
Bonne semaine à tous et toutes.
Auteur Bob C....
Membre
#58 | Posté le: 10 Sep 2018 10:31 | Edité par :Bob C....
Merci Titzef, je te souhaite un bon rétablissement après cet accident avec" los borrachos" ! ( ivrognes en Espagnol ) .
En tout cas ton récit est toujours aussi passionnant .
Auteur Philip1956
Membre
#59 | Posté le: 10 Sep 2018 10:42
titzef:
Je n'ai hélas pas assez de temps pour me consacrer pleinement à cette histoire, le boulot, les activités d'officiel, et un accident de la route

Je pense que tout le monde comprendra.

En espérant des jours meilleurs pour toi, je te présente encore mes félicitations pour cet excellent travail!
Auteur Thierry
Membre
#60 | Posté le: 10 Sep 2018 12:00
bon rétablissement et bon courage
 Page Page 4 of 5:  ««  1  2  3  4  5  »» 
Les Albums et séries Michel Vaillant www.michelvaillant.com Forum / Les Albums et séries Michel Vaillant / Saga Vaillant Top
Votre réponse Cliquez pour remonter le message

Pour vous identifier sur le forum, connectez-vous à votre compte Michel Vaillant.