Connexion
Mot de passe perdu ?
Je souhaite créer un compte
18/6/2015 : Nouvelle opération de maintenance sur le site.
N'hésitez pas à nous signaler les problèmes éventuels.
Les pilotes de courses www.michelvaillant.com Forum / Les pilotes de courses /

Salut et merci Bernie...

 Page Page 1 of 2:  1  2  »» 
Auteur racingbonning
Membre
#1 | Posté le: 25 Jan 2017 04:04
Bernie Ecclestone : itinéraire d'un homme-orchestre
Par Martin Businaro, F1i

- Un immense chapitre de l'histoire de la Formule 1 s'est achevé ce 23 janvier 2017 avec la destitution de Bernie Ecclestone de la direction de la discipline. Si le personnage ne fera jamais l'unanimité, son impact fut tel qu'il nous faut revenir sur le parcours rocambolesque de celui qu'on surnomme Mr E. et qui a transformé en l'espace de 40 ans une aimable activité de gentlemen drivers en un business mondial pesant des milliards de dollars.

L'image du vénal homme d'affaires aux relents d'Oncle Picsou colle à la peau d'Ecclestone. Mais faut-il rappeler que ce fils de pêcheur fut d'abord un mordu de motos après avoir suivi des études de chimie ? Dès que les armes se taisent à la fin du second conflit mondial, Bernie développe un commerce (son premier business !) de revente de pièces détachées pour deux roues. Le goût de la compétition ne tarde pas à le titiller.

Dans l'immédiat après-guerre, la Perfide Albion est marquée par le succès phénoménal des Racer 500 qui permettront à de nombreux jeunes loups de se faire les dents pour des budgets raisonnables en cette période d'austérité. Un Bernie juvénile va participer à plusieurs courses sur le circuit de Brands Hatch, tout proche de sa région. Plusieurs crashs le convaincront rapidement de raccrocher pour passer de l'autre côté de la barrière. Le casque remisé au placard, il en profite pour s'enrichir en investissant notamment dans l'immobilier.

Mais l'appel des circuits est plus fort, et il fait son retour dans le sport en devenant le manager d'un jeune Britannique qui doit débuter en Formule 1 chez Connaught en 1957 : Stuart Lewis-Evans. Coup d'essai, coup de maître puisque que Stuart termine quatrième à Monaco et est aussitôt happé par son compatriote Tony Vandervell chez Vanwall. Ce début de success story incite Ecclestone à passer à la vitesse supérieure et à fonder son propre team. Ce qu'il fit en rachetant deux monoplaces à l'écurie Connaught qui vient de mettre la clé sous le paillasson....
Auteur racingbonning
Membre
#2 | Posté le: 25 Jan 2017 04:10
Bernie Ecclestone : itinéraire d'un homme-orchestre - (suite)
Par Martin Businaro, F1i

- La bande à Bernie est prête pour 1958 et, surprise, le patron est engagé à Monaco ! Une présence surtout motivée pour toucher la prime de départ. Un coup dans l'eau puisque ni Ecclestone ni Bruce Kessler et Paul Emery ne parviendront à se qualifier. Guère mieux à Silverstone avec aucune Connaught à l'arrivée. On ne reverra plus le Team Ecclestone en F1. Très touché par l'accident mortel de son protégé Lewis-Evans pendant le Grand Prix du Maroc, Bernie décide d'oublier le sport automobile momentanément.

On ne voit plus l'ombre du petit homme (il mesure 1m59) à la tignasse fournie pendant plus de dix ans. Il reste néanmoins actif dans les années 60 en retournant à ses premiers amours avec le soutien à plusieurs pilotes de deux roues. Mais une fois de plus, la F1 le rappelle quand, motivé par son ami Roy Salvadori, il prend sous son aile un certain Jochen Rindt avec lequel il dirige par ailleurs un team engageant des Lotus de F2. La disparition de l'Autrichien à Monza en 1970 aurait pu dégoûter Bernie, mais cette fois-ci, plutôt que de s'occuper d'un pilote le gaillard tient bon et veut s'offrir une écurie de Formule 1. Ce sera Brabham, rien que ça !

Après avoir racheté les parts de "Old Jack" en 1971, il chipe pour une croûte de pain le restant de l'écurie à Ron Tauranac, en désaccord avec ses idées, un an plus tard. Ecclestone va dès lors métamorphoser sa nouvelle équipe de fond en comble pour lui permettre de sortir du déclin amorcé. Exit la politique commerciale avec des monoplaces pour toutes les catégories existantes. Seul le programme F1 persistera désormais, avec un jeune ingénieur du nom de Gordon Murray à la technique. Le cocktail ne tarde pas à payer puisque l'écurie renoue avec le succès dès le Grand Prix d'Argentine 1974. Carlos Reutemann et Carlos Pace en gagneront d'autres, et le team finira vice-champion en 75 !

Les saisons suivantes seront marquées par le mariage raté avec Alfa Romeo. Mis à part avec un aspirateur aux fesses, les monoplaces propulsées par les Flat-12 et V12 du Biscione ne parviendront jamais à concrétiser les espoirs placés en elles. Redevenues blanches avec le retour du V8 Cosworth, les Brabham retrouveront un second souffle et, dès 1981, au terme d'une saison épique, Nelson Piquet est champion du monde ! Le Brésilien décrochera à nouveau la timbale deux ans plus tard, cette fois avec un 4 cylindres BMW turbo dans le dos. Un titre entaché par l'utilisation de carburants illégaux fournis par BASF. Ce sera hélas le chant du cygne pour Brabham, qui finira par prendre une saison sabbatique fin 1987. Il faut dire que son patron était de plus en plus occupé par ses activités parallèles...
Auteur racingbonning
Membre
#3 | Posté le: 25 Jan 2017 04:16
Bernie Ecclestone : itinéraire d'un homme-orchestre - (suite et fin)
Par Martin Businaro, F1i

- Après avoir conquis les pleins pouvoirs chez Brabham, Ecclestone se voit comme un acteur incontournable des paddocks de Formule 1. C'est chose faite quand il fonde la "Formula One Constructors Association" (FOCA) avec l'appui d'autres patrons d'écuries, essentiellement britanniques, comme Colin Chapman et Ken Tyrrell. L'organisme va rapidement faire entendre sa voix et prendre petit-à-petit le pouvoir, négociant notamment les droits TV et organisant elle-même certaines épreuve, dans une discipline encore bohème mais qui fait face à une explosion des coûts. En bref, une belle épine dans le pied d'une CSI renfermée sur elle-même et qui deviendra ensuite la FISA dirigée par le volcanique Jean-Marie Balestre.

Les deux hommes vont se faire face pendant plusieurs saisons, les points de discorde principaux étant l'interdiction des jupes (dont la FOCA ne veut pas) et des moteurs turbos (que la FISA souhaite conserver pour satisfaire les grands constructeurs). Sans oublier ce fameux Grand Prix d'Espagne 1980 où les équipes légalistes boudent l'épreuve suite au boycott des briefings officiels par les pilotes des écuries FOCA. La coupe est pleine début 1981 quand Ecclestone et ses camarades menacent de lancer un championnat parallèle et franchissent le Rubicon en organisant leur propre Grand Prix d'Afrique du Sud. Un cuisant échec qui poussera Bernie à négocier avec la FISA les fameux Accords Concorde visant à partager les pouvoirs sur la F1 en commençant par s'entendre avec le Commendatore Enzo Ferrari.

La FOCA hérite des droits commerciaux et Ecclestone devint ainsi le "F1 Supremo" comme disent les Anglo-Saxons. Nommé vice-président de la FIA, il continuera néanmoins à s'opposer de temps en temps à Balestre, qui demeure son ennemi intime, en lui mettant dans les pieds Max Mosley, son allié de toujours. L'avocat anglais prend rapidement le pouvoir à la FIA et permet à son ami Bernie de faire de la F1 une redoutable machine à sous, avant de revendre les droits commerciaux à CVC Capital.

Mister E. gardera le contrôle du championnat du monde de Formule 1 jusqu'à ce 23 janvier 2017, où il est remplacé par Chase Carey après le rachat du business par Liberty Media Corporation. L'Américain devra avoir les épaules assez larges pour honorer dignement l'héritage d'un vieux renard controversé mais sans qui la F1 ne serait pas le sport mondial qu'elle est aujourd'hui. Une chose est certaine : rien ne sera jamais plus comme avant. Le triumvirat formé par Carey et ses acolytes Ross Brawn et Sean Bratches a du pain sur la planche avec l'ambition de rebattre les cartes pour imaginer dans une ère nouvelle des Grands Prix.
Auteur racingbonning
Membre
#4 | Posté le: 25 Jan 2017 04:22
racingbonning:
Ecclestone se voit comme un acteur incontournable des paddocks de Formule 1.

- la preuve : relisez l'album "Rififi en F1"... merci Bernie...
Auteur Thierry
Membre
#5 | Posté le: 25 Jan 2017 08:50 | Edité par :Thierry
c'est vrai que ce gars a quand même fait disparaître la F1 des écrans...

Mais merci pour cet intéressant biopic ;)
Auteur jpbfanclub
Membre
#6 | Posté le: 26 Jan 2017 17:59
Une publicité coup de poing assez frappante





J'avais il y a quelques temps consacré un petit article sur notre ami Bernie assez insolite car il n'avais rien à voir avec ses activités habituelles de grand argentier de la F1, mais qui le mettait en scène si j'ose dire pour son côté people .

En effet, Bernie Ecclestone, s'est fait agressé dans la soirée du 25 novembre 2010 en plein Londres par plusieurs malfrats alors qu'il sortait d'un restaurant réputé avec sa compagne Fabiana Flosi . Les voyous après les avoir roué de coups leur auraient dérobé tout ce qu'ils avaient sur eux . Selon la police, le butin est assez énorme et s'élèverait à près de 235.000 €uros en argent liquide et en montre de luxe et bijoux ....





La totalité de l'article avec des photos et des explications est à découvrir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2010/12/10/Une-publicit%C3%A9-coup-de-poing-assez-fra ppante
Auteur racingbonning
Membre
#7 | Posté le: 27 Jan 2017 10:51
Ecclestone préparerait sa contre-attaque
Par Grégory Demoen, F1i

- Bernie Ecclestone envisagerait la création d'un championnat parallèle à la Formule 1, selon le correspondant de la BBC sur les Grands Prix, Andrew Benson.

Ecclestone a été évincé de son poste de CEO de la Formule 1 par Liberty Media, le nouveau détenteur des droits commerciaux du sport, ce lundi après quarante années de règne.

Aujourd'hui âgé de 86 ans, Ecclestone n'aurait pas digéré son départ forcé et préparerait déjà en coulisses la création d'une discipline parallèle !

"Une source de confiance m'a indiqué qu'Ecclestone allait contre-attaquer, avec la création d'un championnat parallèle d'ici 2019", a écrit Benson sur son compte Twitter.

Ecclestone a été remplacé par Chase Carey à la tête de la Formule 1 et s'est vu attribuer le titre honorifique de président d'honneur.
Auteur racingbonning
Membre
#8 | Posté le: 27 Jan 2017 10:53
- non !... pas possible... (lol)
Auteur racingbonning
Membre
#9 | Posté le: 29 Jan 2017 02:28
Ecclestone dément vouloir monter une série rivale de la F1

Par: Fabien Gaillard, Rédacteur F1- MOTORSPORT.com

- Quelques jours après son départ du Formula One Group, Bernie Ecclestone a affirmé qu'il n'avait pas l'intention de monter une série rivale de la F1, après l'apparition de rumeurs en ce sens.

Depuis que le Britannique de 86 ans n'est plus aux commandes de la discipline reine, des bruits ont été rapportés - notamment par Andrew Benson, rédacteur en chef F1 de la BBC, et par Peter Windsor, journaliste, sur Twitter - sur le fait que son éviction lui aurait laissé un goût amer et qu'il allait chercher à monter une série rivale de la F1.

Adressant un communiqué à Reuters, Bernie Ecclestone a indiqué qu'il souhaitait mettre fin à ces rumeurs : "Je tiens à dissiper les rumeurs selon lesquelles je mets en place un championnat pour concurrencer le Championnat du monde de la FIA. J'ai bâti le championnat pratiquement pendant les 50 dernières années, ce dont je suis fier, et la dernière chose que je veux est de le voir endommagé."

Il a par ailleurs indiqué, toujours selon Reuters, qu'il espérait que les fans apprécieraient le travail des nouveaux propriétaires de la Formule 1.

"Le nouveau propriétaire de l'entreprise sera capable de poursuivre l'administration de la compagnie d'une façon différente de la mienne, qui était de produire des résultats financiers pour les actionnaires, les actions normales d'un directeur général."

"Cela, je l'ai fait pour les différents actionnaires lors des dernières années et aussi quand je détenais 100% de l'entreprise. J'aurais aimé avoir le luxe de ce que Chase Carey, le PDG, est en capacité de faire. J'espère que les supporters de la F1 apprécient que Chase ait l'intention de ramener de l'argent dans la discipline."
Auteur racingbonning
Membre
#10 | Posté le: 29 Jan 2017 02:50 | Edité par :racingbonning
Bon, et maintenant le prochain projet de Bernie serait d'essayer de convaincre les auteurs de la saison 2-MV de faire revenir notre heros en F1... (lol)

-ps- desole pour la ponctuation, un "bug" de mon clavier d'ordi...
Auteur racingbonning
Membre
#11 | Posté le: 29 Jan 2017 20:34
'Hitler était efficace' : Ecclestone, une fin de règne tout en polémiques
Les dérapages de trop ?

par Valentin Vilnius, MOTORSPORT.com

- Bernie Ecclestone a confondu pendant 40 années sa vie professionnelle avec la Formule 1. Le grand argentier, comme on le surnommait, n'a jamais été avare en déclarations franches, souvent osées, parfois insultantes. Alors que la plupart des habitués du paddock sont maintenant tenus à la langue de bois, Bernie, malgré ses responsabilités, n'a jamais tu ses opinions... quitte à parfois déraper. Retour sur ses dernières polémiques les plus marquantes...

En 2009, Bernie Ecclestone avait ainsi qualifié de bonne nouvelle pour la F1 la mort d'Ayrton Senna. Certes, le décès prématuré du Brésilien fut « triste », selon Bernie, « mais la publicité qu'elle a générée fut telle... qu'elle fut bonne pour la F1 ».

« Ce fut une grande peine de perdre Ayrton », poursuivit Ecclestone (qui plus est dans un média brésilien !). « Il était populaire mais beaucoup de gens ne le connaissaient pas en tant que pilote avant toute la publicité faite autour de sa mort. » Tout est bon à prendre pour faire un peu de publicité pour la F1...

Notons qu'Ecclestone n'évoquait pas même l'amélioration des conditions de sécurité pour les pilotes, conséquence la plus visible du décès de Senna. Quant à la publicité pour la F1, on ne peut pas dire qu'elle ait été franchement positive à l'époque...

En 2016, Bernie Ecclestone a encore multiplié les propos polémiques, sur bien des sujets différents. Le Britannique de 86 ans, interrogé sur l'éventuelle féminisation de la discipline, avait renvoyé catégoriquement son interlocuteur à ses chères études.

« Je ne crois pas qu'une femme aurait les capacités physiques pour conduire rapidement une F1. Elle ne serait pas prise au sérieux. C'est le nœud du problème. » En 2015 pourtant, Bernie Ecclestone avait évoqué la création d'un championnat du monde de F1 100 % féminin.

Bernie s'est également aventuré l'an dernier sur le terrain de la politique. En cette année électorale aux Etats-Unis, son cœur ne balançait pas : il soutint ainsi la candidature de Donald Trump, arguant que « ce serait fantastique de le voir à la Maison Blanche » - souhait exaucé. Vladimir Poutine obtint tout autant les suffrages d'Ecclestone. « C'est quelqu'un qui devrait diriger l'Europe. Il arrangera tout ce qui se passe en Syrie. Il est bien qu'il fasse tout ce qu'il juge bon et défende sa position » estimait ainsi Bernie.

Mais c'est en 2009 qu'Ecclestone prononça ses propos les plus polémiques. « Je préfère les dirigeants à poigne », confia-t-il ainsi, avant de prendre un exemple historique pour le moins inapproprié. « C'est terrible à dire je suppose, mais à part le fait qu'Hitler s'est laissé emporter et persuader de faire des choses dont j'ignore s'il voulait les faire ou pas, il était en position de commander beaucoup de gens et d'être efficace. A la fin il s'est perdu, donc il n'était pas un très bon dictateur. »

De telles déclarations avaient immédiatement suscité une levée de boucliers de la part de nombreux responsables et associations. Bernie Ecclestone avait alors tenu à faire marche arrière.

« Tout cela était un gros malentendu », assura-t-il. Mais il conclut tout de même ses excuses pour une dernière louange du dictateur allemand ! « Je n'ai pas évoqué Hitler comme un exemple positif, j'ai seulement observé que, avant de commettre ses crimes horribles, il avait agi efficacement contre le chômage et la crise économique ».

Les propriétaires de Liberty Media craignaient-ils que Bernie Ecclestone dérape de nouveau à l'avenir ? Etant donné le poids médiatique de Bernie, il est bien possible que cette donnée ait été également prise en compte par les nouveaux investisseurs...
Auteur racingbonning
Membre
#12 | Posté le: 29 Jan 2017 20:45
racingbonning:
Le Britannique de 86 ans, interrogé sur l'éventuelle féminisation de la discipline, avait renvoyé catégoriquement son interlocuteur à ses chères études.

« Je ne crois pas qu'une femme aurait les capacités physiques pour conduire rapidement une F1. Elle ne serait pas prise au sérieux.

- a propos des femmes il soulignait aussi que le blanc leurs allaient bien ... comme aux autres electro-menagers...

racingbonning:
Ecclestone avait ainsi qualifié de bonne nouvelle pour la F1 la mort d'Ayrton Senna. Certes, le décès prématuré du Brésilien fut « triste », selon Bernie, « mais la publicité qu'elle a générée fut telle... qu'elle fut bonne pour la F1 ».

- comme pour Gilles en 1982... non, le "trip" d'Ecclestone : c'est d'allumer des feux pour les eteindre ensuite, il s'amuse ainsi le mec ...
Auteur Lhinter
Membre
#13 | Posté le: 29 Jan 2017 21:29
Bernie ne pense qu'au pognon, et n'admire que l'exercice absolu du pouvoir. Son copain Mosley n'était-il pas le fils du fondateur du parti nazi anglais ? Ballestre, contre et avec qui il a construit son système, n'avait-il pas un peu flirté avec certain régime ? Cela étant, rien de nouveau, le monde de l'industrie et du sport automobiles n'a jamais été un nid de gauchistes !
Auteur racingbonning
Membre
#14 | Posté le: 29 Jan 2017 21:55
Lhinter:
Cela étant, rien de nouveau, le monde de l'industrie et du sport automobiles n'a jamais été un nid de gauchistes !

- et maintenant avec Trump... z'allez voir la sauce, pimentee, construite avec Mr. Poutine sera indigeste...

Lhinter:
Bernie ne pense qu'au pognon

- en effet, j'ai deja lu quelque part que Jean GRATON avait eu des problemes d'accreditation ($$$$) sur les circuits de F1 a l'epoque ou Bernie prenait du pouvoir ?...
Auteur racingbonning
Membre
#15 | Posté le: 10 Mar 2017 12:06
Surprise-party
Par Pierre Van Vliet, F1i

- Belle preuve d'amitié de la part de Flavio Briatore, qui a organisé une petite fête surprise à Londres cette semaine pour célébrer les 40 ans de Bernie Ecclestone à la tête de la Formule 1, en présence du prince Albert de Monaco et de son homologue de Bahreïn, de Niki Lauda et Toto Wolff, de Piero Ferrari et Luca di Montezemolo, de David Coulthard et Stefano Domenicali, tous masqués à l'effigie de Mister E. Ciao, Bernie !

http://www.f1i.com/images/surprise-party/
 Page Page 1 of 2:  1  2  »» 
Les pilotes de courses www.michelvaillant.com Forum / Les pilotes de courses / Salut et merci Bernie... Top
Votre réponse Cliquez pour remonter le message

Pour vous identifier sur le forum, connectez-vous à votre compte Michel Vaillant.