Connexion
Mot de passe perdu ?
Je souhaite créer un compte
18/6/2015 : Nouvelle opération de maintenance sur le site.
N'hésitez pas à nous signaler les problèmes éventuels.
Les pilotes de courses www.michelvaillant.com Forum / Les pilotes de courses /

"RUSH ! " nouveau film sur la F1 !...

 Page Page 3 of 6:  ««  1  2  3  4  5  6  »» 
Auteur Philip1956
Membre
#31 | Posté le: 6 Sep 2013 19:40
Bonjour à tous et content de vous relire!

De retour à Milano et moins de problèmes de connexion... ouf!

J'ai passé quelques semaines en montagne. Voilà ce que j'ai trouvé dans une viellle armoire au fond d'une grange. C'était plein de poussière et de terre mais, une fois soigneusement (et délicatement) nettoyé....



"Il Giorno" mardi 3 aout 1976
Auteur racingbonning
Membre
#32 | Posté le: 7 Sep 2013 00:32
... une relique !... bravo Phil !...
Auteur Philip1956
Membre
#33 | Posté le: 7 Sep 2013 01:05
A Milano, le film sort le 19 septembre.

Milano, Largo la Foppa, jeudi 5 septembre :

Auteur jean-jacques-917
Membre
#34 | Posté le: 22 Sep 2013 23:22
Dans "Auto hebdo" du 18 septembre, il y a un article de 6 pages sur le film.
Et un autre de 2 pages intitulé : Silence, on tourne... en rond" qui parle des différents films consacrés au sport automobile. Des étoiles sont décernées. "Grand Prix" et "Le Mans" en obtiennent 4. Le film "Michel Vaillant" une seule...
Auteur racingbonning
Membre
#35 | Posté le: 23 Sep 2013 01:57
jean-jacques-917:
Dans "Auto hebdo" du 18 septembre, il y a un article de 6 pages sur le film.

Merci pour l'info "JJ-917"... grâce à toi, je ne manquerai donc pas ce magazine...


jean-jacques-917:
différents films consacrés au sport automobile. Des étoiles sont décernées. "Grand Prix" et "Le Mans" en obtiennent 4. Le film "Michel Vaillant" une seule...

... décevant, moi je lui en aurait donné au moins 2... et comment en accorde t-il à "Driven" le navet de Sly Stallone ???...


---PS--- aujourd'hui le reportage du Grand Prix de Singapore était truffé de pub de "RUSH", qui sort sur nos écrans québécois vendredi prochain... y-serai, assurément...
Auteur racingbonning
Membre
#36 | Posté le: 23 Sep 2013 17:30
Rush : carburer à la passion

Sonia Sarfati, La Presse (Toronto)

Ron Howard carbure à la passion, celle du cinéma. Peter Morgan aussi. Le réalisateur et le scénariste ont trouvé leur pareil quand le projet Rush les a réunis au son du vrombissement des moteurs sur fond de ces années 70 où, sur les circuits de Formule 1, la mort n'était pas un concept, mais une réalité. Discussion... passionnée.
«Les pilotes ne meurent plus maintenant, ce qui est très bien pour eux et pour leurs familles. Mais ça a changé l'atmosphère et le sport», a indiqué, avec un humour bien anglais, le scénariste britannique Peter Morgan (The Queen, Frost/Nixon) lors de rencontres de presse tenues pendant le Festival international du film de Toronto.

En fait, il n'aurait peut-être pas consacré quelques années de sa vie à écrire et à produire un film sur la Formule 1 telle qu'elle se vit aujourd'hui. Mais les années 70, avec leurs drames et leurs personnages excessifs, ont ces ingrédients avec lesquels on fabrique des longs métrages qui parlent au public.

Il y a tout cela dans Rush, biographie filmée qui suit, en 1975-1976, la «collision» idéologique de deux pilotes de Formule 1 que tout - physique, philosophie, vision du sport, mode de vie - oppose et qui luttent pour remporter le championnat: l'Anglais James Hunt, flamboyant, baveux, homme à femmes, prêt à tout derrière le volant; et l'Autrichien Niki Lauda, sérieux, sombre, mécano accompli, adepte de la sécurité dans un sport où la vie rencontrait trop souvent la mort. Il la frôlera d'ailleurs en 1976, dans un terrible accident qui a marqué les esprits, le laissera défiguré, mais dont il se relèvera en six semaines pour retourner sur le circuit.


Rush raconte ces deux hommes qui, au-delà de la rivalité, s'admiraient, en un temps où «le risque véritable de mourir attirait les têtes brûlées, les joueurs, les têtes fortes, les types un peu fêlés, sûrs qu'ils pouvaient déjouer le sort», se souvient Peter Morgan. Qui ne parle pas (que) de ceux qui assistaient aux courses avec l'espoir de voir un accident horrible, mais de ceux qui s'installaient dans ces bolides se transformant régulièrement en cercueils.

«La Formule 1 est un sport plus sûr et plus civilisé aujourd'hui, mais, d'une certaine manière, les Lauda et Hunt ont couru dans ce qu'on peut voir comme son âge d'or», croit Ron Howard. Qui, comme une grande partie de la population américaine, n'était pas particulièrement amateur de Formule 1 avant cette aventure mettant en scène James Hunt, mort d'une crise cardiaque en 1993 à l'âge de 45 ans, «qui faisait taire son angoisse par les excès en tous genres», résume Peter Morgan; et Niki Lauda, légende bien vivante, toujours très actif dans le milieu de la Formule 1, qui surmontait la tension et la pression «en vivant une vie rangée, en se couchant tôt, en visualisant mètre après mètre le circuit qu'il aurait à affronter le lendemain et, seconde après seconde, les gestes qu'il aurait à exécuter».

L'ex-pilote a été un puits de renseignements sans fond pour Peter Morgan qui, à l'écriture, s'est attardé à la relation entre Hunt et Lauda pour des raisons pratiques. «Dans ma tête d'Anglais, avec le peu d'argent que nous avons pour faire des films, je pensais devoir me débrouiller avec 15 livres [environ 25$] pour le tournage. Reconstituer les courses ne pouvait pas faire partie de mon plan», ironise-t-il. Sauf que des Américains sont entrés dans le jeu. Entre autres Ron Howard, qui est toujours intéressé par les personnages - il l'a prouvé avec Cinderella Man, Apollo 13 et autres Beautiful Mind, qui mettent l'être humain devant la boxe, l'aventure spatiale ou même les exploits mathématiques.

Sans avoir le budget d'une superproduction, Rush est ainsi devenu «de l'Europe et de l'Amérique, dit le réalisateur. Il y a le refus, dans le scénario de Peter, d'avoir un bon et un méchant, une structure qui ne correspond pas à la grille hollywoodienne et une cinématographie que l'on a voulue granuleuse, «sale» et «progressiste». Le tout en utilisant des équipes de pointe pour la technologie, les effets spéciaux, les cascades, la direction artistique. Histoire de donner au spectateur l'impression non seulement de (re)vivre les années 70, mais d'assister aux courses, et même d'être au volant.

Mais Ron Howard ne se leurre pas: les grands studios avec lesquels il est habitué de travailler auraient probablement pris cette histoire et l'auraient transformée pour la faire entrer dans le moule. «On aurait alors perdu la vérité du récit même si, je crois, c'est grâce à cette vérité que les gens vont aimer ce film, pour ces rebondissements déroutants, mais logiques», conclut celui qui pense qu'un long métrage comme A Beautiful Mind ne se ferait peut-être pas aujourd'hui. «À moins de tomber sur quelqu'un qui aime, vraiment, les histoires.» Et les humains qui les font. C'est son cas, et celui de Peter Morgan.

____________________________________________________________________________
Auteur racingbonning
Membre
#37 | Posté le: 23 Sep 2013 17:43
Chris Hemsworth et Daniel Brühl : de rivalité et d'admiration

Sonia Sarfati, La Presse (Toronto)

C'est à l'Australien Chris Hemsworth et à l'Hispano-Allemand Daniel Brühl qu'est revenue la tâche d'incarner l'Anglais James Hunt et l'Autrichien Nika Lauda dans leur rivalité teintée d'admiration, dans leurs différences, dans un sport et une époque où la mort était bien plus qu'une vague possibilité.

Chris Hemsworth : La préparation

«Je sais, Thor en Formule 1, ça peut faire rire», admet Chris Hemsworth qui souhaitait quand même faire partie de l'aventure Rush entre autres parce que Ron Howard et Peter Morgan tenaient le volant du projet. «Je ne pouvais pas réduire ma taille - et ce n'était pas un problème puisque James Hunt avait à peu près la même que moi- mais je devais... rétrécir. Et ça, je le pouvais.» Il s'est attelé à la tâche dès la fin du tournage de The Avengers. Car il avait entretemps convaincu les principaux intéressés, grâce à une audition maison envoyée par courriel au réalisateur, qu'il avait ce qu'il fallait pour incarner le démon blond anglais.

Il a donc «couru et ingéré moins de nourriture» pour une opération intensive de «démusculage». En même temps, il lisait sur James Hunt, étudiait des documents d'archive. Il a découvert un type «très investi dans le sport mortel qu'il pratiquait, mais qui, là où Niki Lauda étudiait minutieusement la peur, s'est tourné vers les drogues, l'alcool, les femmes pour, à sa manière, la contourner».

Les voitures

«La Formule 1 est quelque chose qui n'existe pas là d'où je viens», admet Chris Hemsworth. Il a donc fait pas mal de recherches pour se préparer à son rôle, plongeant avec délice dans les années 70. «Je suis tombé amoureux de cette période, de ces saisons 1975 et 1976, de ces personnages et de ce sport tel qu'il se pratiquait alors.»

Il sait peu de l'avant et de l'après de la Formule 1, mais a aimé conduire les bolides qui lui ont été confiés. «Nous avions peu de jours de tournage, nous devions donc toujours faire le plus possible, le plus vite possible. Il y a eu ces jours où j'avais à sauter dans la bagnole, à faire quelques tours de piste alors qu'Anthony Dodd Mantle [le directeur photo] avait placé des caméras partout sur l'auto et sur mon casque. C'était simplement formidable.»

Et, en passant, ce ne sont pas ces scènes-là qui ont, pour lui, été les plus difficiles à tourner. Mais plutôt celles de nudité: «Pas mal plus intimidantes que les courses!», assure-t-il. On le croit?

Daniel Brühl : La préparation

«J'ai grandi à Cologne, pas très loin de l'endroit où Niki a eu son accident et pour moi, il est une légende vivante, raconte Daniel Brühl. C'est dire qu'après l'excitation de m'être fait offrir le rôle, j'ai été terrifié.» D'autant que l'ancien coureur n'a pas la réputation d'être facile. «La première fois qu'il m'a appelé, c'était très tôt le matin. Il m'a dit: «Je pense qu'il faut qu'on se rencontre maintenant. Viens me voir, mais n'apporte qu'une petite valise. Si je ne t'aime pas, tu ne resteras pas longtemps.»» Disons que l'acteur était dans ses petits souliers lors de ce premier contact. Qui s'est finalement bien passé.

La préparation a ensuite commencé. Il y avait, entre autres, l'accent à maîtriser. «Celui de Niki apporte cette touche d'arrogance et d'ironie qui fait partie de sa personnalité», poursuit l'acteur avec qui le pilote «a parlé de choses très difficiles, de ce temps où les coureurs de Formule 1 faisaient face à la mort tous les week-ends. Ils étaient les gladiateurs des temps modernes. Ils descendaient dans l'arène, sachant que certains n'en sortiraient pas vivants.»

Les voitures

Daniel Brühl est Allemand. On ne s'étonnera pas de l'entendre dire qu'il aime conduire vite et que la Formule 1 occupe une place de choix dans ses goûts. «Mais j'ai beaucoup plus de respect pour les pilotes de Formule 1 maintenant.» En particulier depuis l'accident qu'il a eu pendant le tournage. Il était au volant de la Ferrari préparée pour lui et... il a perdu une roue. «Disons que j'ai eu 20 petites secondes de grosse peur», résume-t-il.

Pendant le tournage, Chris Hemsworth et lui ont fait plus, au volant, que ce qui était prévu au départ. «Mais nous sommes toujours restés du côté de la sécurité.» Pour cela, les deux acteurs ont suivi quatre semaines de cours de conduite qui leur ont permis, entre autres, d'effectuer des entrées et sorties au puits convaincantes, alors que leur bolide se faufile entre les mécanos. «Notre crainte était qu'ils aient l'air d'acteurs qui «jouent» aux pilotes, vous savez, le genre «put-put-put» dans ma bagnole», relate Peter Morgan. Il en rit aujourd'hui, car il sait que ce dérapage-là a été évité.
Auteur MR BUGGY
Membre
#38 | Posté le: 24 Sep 2013 19:27
moi je vais aller le voir
Auteur tugdual
Membre
#39 | Posté le: 25 Sep 2013 09:09
Auteur racingbonning
Membre
#40 | Posté le: 28 Sep 2013 18:20
J'ai vu ce film "RUSH" hier... personnages principaux campés avec justesse, Daniel Bruhl (Lauda) saisissant de réalisme et un Chris Hemsworth (Hunt) qui saura ravir les filles, évidemment... Beaucoup de jolies filles aussi, sublime Marlène Lauda (Alexandra Maria Lara)... les scènes de courses sont vraiment réussies, assez en tout cas pour y croire...

Bref, j'ai passé un très bon moment avec ce film, bravo Ron Howard, mission accomplie...
Auteur wims
Membre
#41 | Posté le: 28 Sep 2013 18:32
racingbonning
Je suis curieux. Le film est la semaine prochaine aux Pays-Bas.
Auteur racingbonning
Membre
#42 | Posté le: 28 Sep 2013 18:50
wims:
Le film est la semaine prochaine aux Pays-Bas.

Tu devrais aimer aussi, Wims... j'ai presque applaudi dans le cinéma lors de la scène où "James Hunt explique sa désapprobation" au journaliste qui venait de demander à Lauda << qu'est-ce que votre femme à dit lorsqu'elle a vu votre visage ?...>>
Auteur racingbonning
Membre
#43 | Posté le: 29 Sep 2013 10:00
Un petit détail me chicote cependant dans ce film... de mémoire, lors de l'accident de Niki au Nürburgring (la vraie, pas celle du film...) il me semble que le pilote Ferrari portait un genre de casque (qu'il à PERDU dans cet accident !...) intégral innovateur !!!??? (un AGV ???... je pense) aux formes vraiment curieuses pour l'époque... mais dans le film ça semble être un "BELL"...
Auteur racingbonning
Membre
#44 | Posté le: 4 Oct 2013 11:23
Alors les amis ?... personne d'autres n'a vu le film ???... votre avis SVP...

merci
Auteur wims
Membre
#45 | Posté le: 4 Oct 2013 11:37
racingbonning
Le film est apparu hier aux Pays-Bas.
J'espère visiter la semaine prochaine.
 Page Page 3 of 6:  ««  1  2  3  4  5  6  »» 
Les pilotes de courses www.michelvaillant.com Forum / Les pilotes de courses / "RUSH ! " nouveau film sur la F1 !... Top
Votre réponse Cliquez pour remonter le message

Pour vous identifier sur le forum, connectez-vous à votre compte Michel Vaillant.