Connexion
Mot de passe perdu ?
Je souhaite créer un compte
18/6/2015 : Nouvelle opération de maintenance sur le site.
N'hésitez pas à nous signaler les problèmes éventuels.
Les voitures www.michelvaillant.com Forum / Les voitures /

Les GT et Supercars de rêve

 Page Page 3 of 13:  ««  1  2  3  4  5  ...  9  10  11  12  13  »» 
Auteur jpbfanclub
Membre
#31 | Posté le: 26 Juin 2015 18:41
Cardi Curara V12





La firme "Cardi" est une de ces jeunes pousses directement issue de la nouvelle économie russe qui a vu le jour en 1991 quelques années après la chute du mur de Berlin et du socialisme pur et dur en pratique alors . Au début, l’activité est entièrement consacrée à la préparation et au tuning de grosses voitures luxueuses plutôt d’origine germanique . Sur ce marché russe émergeant, la société va vite rencontrer un certain succès qui par voie de conséquence va l’entrainer dans le secteur de la construction . C’est donc en 1998 que « Cardi » devient un petit constructeur indépendant et donc une véritable marque automobile ....





Ce qui étonne en premier lieu en découvrant la Cardi Curara c’est son design particulièrement étonnant et singulier . La voiture semble avoir un aspect très novateur qui lui est propre et qui renforce l’idée de conception unique et personnalisée, pas du tout familier, et que peut-être vous ne verrez pas tous les jours dans la rue d’autant que seul un petit nombre d'exemplaire doit exister . C’est en fait un petit roadster cabriolet de deux places avec un design très avancé pour son époque . La face avant propose une grande bouche d’air centrale elliptique façon fer à cheval Bugatti, encadrée en haut par de larges phares rectangulaires et en bas par des grilles d’aération complétées par de plus petits phares ronds, un look ravageur ....





Sous cette robe insolite mais rafraichissante, la Cardi Curara cache en fait un châssis et des trains roulants freinage compris de BMW, du sérieux . Cette véritable propulsion est équipée d’un V12 BMW de 5,4 litres de cylindrée qui développe 326 chevaux à 7000 tours minutes, accouplé à un pont autoblocant à glissement limité et une boite de vitesse automatique robotisée RWD . Grâce à sa carrosserie entièrement en fibre de verre synthétique, le poids de ce petit roadster est maintenu dans une fourchette acceptable de 1250 kilos qui lui procure un rapport poids puissance assez intéressant ....





Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/05/02/Cardi-Curara-V12
Auteur jpbfanclub
Membre
#32 | Posté le: 27 Juin 2015 17:12 | Edité par :jpbfanclub
Carlsson C25





Les passionnés allemands ont bien de la chance car pour ce qui est de la préparation et de la personnalisation de leurs GT, une véritable galaxie d’enseignes plus sérieuses les unes que les autres s’offrent à eux . Même en établissant une limitation par marque, ils sont encore très nombreux . Ainsi par exemple pour la seule marque Mercedes, en ne citant que quelques un des plus connus, vous aurez le choix entre des maisons réputées comme AMG, Brabus ou aussi Carlsson . Ce dernier débute son activité en 1989 et choisi pour nom celui du fameux rallyman qu’il vient d’embaucher comme consultant ....





Jusqu’ici, on connaissait Carlsson par ses préparations qui ne manquaient jamais de donner un peu plus de puissance et d’agressivité supplémentaires à chacun des modèles de la marque à l’étoile . Passé maître dans l’art de transfigurer et d’atomiser les productions Mercedes, la firme vient de faire un pas supplémentaire vers l’exclusivité. Le préparateur allemand semble désormais nourrir d’autres ambitions et ne veut plus passer pour un simple tuner de Mercedes . Ainsi, Carlsson a présenté début mars au salon de Genève une préparation bien plus poussée que d’habitude, la Carlsson C25 ....





Si extérieurement, les traits de la Carlsson C25 sont « dans l’air du temps » en mélangeant harmonieusement courbes et plis avec sportivité, c’est sous son long capot avant que le diable se cache . En fait, sous ces muscles saillants palpite un coeur particulièrement généreux . Le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne manque pas de muscle, c’est le V12 d’origine de 6.0 Litres de cylindrée qui est ici suralimenté par deux turbos et développe la bagatelle de 753 chevaux pour un couple camionesque de 1.320 Nm à 3.750 tr/min ....





Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2010/05/25/Carlsson-C25-2010
Auteur jpbfanclub
Membre
#33 | Posté le: 28 Juin 2015 18:05 | Edité par :jpbfanclub
Chevrolet Camaro SS





Encore un nom français à Détroit, la capitale de l’automobile Américaine ou Louis Chevrolet fonde sa marque en 1911 . Cette marque va vite devenir la division la plus populaire du groupe General Motors et entrer donc en concurrence directe avec l’ennemi Ford . Dans les années 60, concurrence oblige, en réponse à la Mustang de chez Ford, la marque Chevrolet proposera sa propre vision des muscles cars la Camaro . Lancée pour la première fois en 1967, la Camaro s'imposa comme l'une des sportives les plus demandées outre-Atlantique avec quasiment 5 millions d'exemplaires vendus, avant de disparaître en 2002, victime du manque d'intérêt pour ces pony-cars trop gourmands en carburant ….





Quarante ans plus tard et après trois ans de gestation, le retour tant attendu de la légendaire Chevrolet Camaro, le muscle car de la fin des années 60 dans sa plus belle réédition est maintenant enfin disponible . Dans sa version la plus haut de gamme et la plus exclusive proposée par la marque, la Chevrolet Camaro SS est de retour . Cette cinquième génération longuement murie reprend tous les ingrédients qui ont fait le succès de l’original, long capot, phares encastrés dans une calandre sombre, ailes renflées, arrière rebondi et musclé, tout ça mais en mieux . Avec cette ligne radicale toute en muscles, bardée d’arêtes et soulignée de plis de carrosserie, l’engin provoque une sorte de choc de nostalgie et fait presque un peu peur ....





Pour la motorisation, on a prévu large et puissant et le choix s’est donc porté sur un V8 de 6,2 litres de cylindrée développant 428 chevaux à 5000 t/mn, accouplé à une boîte manuelle ou automatique à 6 rapports . L’utilisation de matériaux composites a permis de limiter le poids de la voiture à 1700 Kg . Les jantes alliage de 20 pouces procurent avec les assistances électronique (ABS et ESP) et la suspension pilotée une tenue de route assez incroyable au véhicule . Les performances semblent être très élevées car on sait que la Chevrolet Camaro SS a réalisé un temps de 8 minutes et 20 secondes sur le circuit du Nürburgring, un résultat meilleur que celui, par exemple, de la BMW M3 E46 ....





Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/05/06/Chevrolet-Camaro-SS-2010
Auteur jpbfanclub
Membre
#34 | Posté le: 30 Juin 2015 17:30
Chevrolet Corvette ZR1






Chez Chevrolet, le modèle qui a toujours fait rêver les fondus de sportives, c’est l’indémodable Corvette et avec cette nouvelle version franchement ils ne seront pas déçus . En présentant officiellement au dernier salon de Détroit en début d'année la Chevrolet Corvette ZR1, la firme américaine était fière de son dernier né, la plus rapide et la plus puissante des Corvette jamais produites en série était lancée . Un des présidents de chez GM aurait même annoncé « La Corvette ZR1 est une voiture extraordinaire sur tous les plans, il n’y a tout simplement pas d’autre véhicule dans le monde qui offre un équilibre aussi juste de performance, de consommation de carburant réduite et de rapport qualité-prix » ....





ZR1 le nouveau logotype qui fait bafouiller les ingénieurs de Ferrari et grincer des dents ceux de Lamborghini . Avec 647 Cv, la Corvette ZR1 dépasse la 599 GTB Fiorano de 27 Cv et la Murciélago LP640 de 17 Cv . Nos amis italiens portent réclamation en disant que la suralimentation manque de noblesse, eux qui sont adeptes de la multi soupape, mauvaise foi ? Car en fait sur la corvette un compresseur Eaton est embusqué entre les deux rangée de cylindres pour pousser l’air à 0.7 bars dans les bronches du 6.2 litres . Cet aspirateur inversé produit l’effet d’un cyclone avec 647 chevaux à 5800 t/mn et un couple maxi à faire pâlir d’envie une Pagani Zonda de 83,5 mkg à 3800 tr/mn, un punch fulgurant ....





Outre son moteur, la Corvette ZR1 est une véritable merveille technologique . Elle est faite de composants légers et uniques qui augmentent ses performances et sa sécurité tout en donnant au conducteur une grande assurance . Pour le look, la ZR1 repend les lignes originales de la Corvette avec modernité et un peu de fantaisie comme sur le capot ou les designers ont installé au centre une partie translucide pour laisser apparaître le V8 . Extérieurement, la musculeuse sportive se caractérise par une agressivité démoniaque . La belle fait très largement appel à la fibre de carbone pour ses panneaux de carrosserie et appendices divers, capot, pavillon, ailes, spoiler arrière ultra large .…






Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/05/11/Chevrolet-Corvette-ZR1
Auteur jpbfanclub
Membre
#35 | Posté le: 1 Juil 2015 17:28
Chrysler 300C Hemi SRT-8





Pendant de très longues années, Chrysler était le troisième constructeur américain et aussi le troisième mondial . Reprise par Daimler-Benz en 1998, la firme a du s’habituer aux divers séismes économiques qui ont frappé le secteur automobile et a du subir une vente au plus offrant en 2008 . Depuis c’est la première grande marque à être gérée par un groupe financier (Cerberus) non issu de l’automobile qui dans l’espoir de toucher une partie de la manne financière promise par Washington a cédé 35% de ses actions à Fiat . Véritable symbole de la démesure américaine, la marque tente maintenant de donner le change à ses homologues allemandes au sang chaud, l’objectif est de développer dans sa gamme une famille de véhicules hautes performances, susceptible de renforcer son image élitiste, et surtout de s’immiscer dans la cour des plus prestigieux motoristes germaniques ….






Issue de l’Amérique la plus jubilatoire, celle des gros moteurs et de lignes baroques, l’ancestrale muscle car 300 C s’est vue offrir une version moderne survitaminée, un foudre de guerre taillé pour les grands espaces politiquement incorrect . La nouvelle Chrysler 300 C SRT-8 reprend en fait la même plate forme et les trains roulants de la Mercedes Classe E avec sous le capot, un moteur légendaire, un V8 HEMI de 6,1 litres de cylindrée cent pour cent américain, développant la bagatelle de 431 chevaux pour un couple de 58 mkg dès 4600 tr/mn . Du sérieux, c’est tout simplement LA Chrysler la plus puissante de l’histoire, ni plus ni moins ....





Dans cette version de la Chrysler 300C SRT-8, tout est fait pour la performance, notamment avec une boite automatique de 5 rapports à commande séquentielle dont on dit le plus grand bien . Pour encaisser une telle fougue, le châssis a été modifié avec des suspensions raffermies, tarage des amortisseurs revu, barre anti-roulis de plus gros diamètre, freins "Brembo" à quatre pistons montés sur chaque roue assurant la retenue des quelques deux tonnes de l’auto . Cette préparation va de pair avec un équipement de sécurité complet, comprenant un ESP, des coussins de sécurité à déploiement variable ainsi qu’un éclairage adaptatif au xénon ….







Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/05/15/Chrysler-300C-Hemi-SRT-8
Auteur jpbfanclub
Membre
#36 | Posté le: 2 Juil 2015 17:19
Cobra Venom V8





« Cobra » est une marque de voitures de sport construites aux Etats-Unis à partir de 1961 par le célèbre pilote Carroll Shelby . Ayant liés des accords commerciaux avec les firmes Ford et AC, qui fournissait respectivement les moteurs et les châssis, Shelby a construit jusqu’en 1966 des petits coupés et roadsters sur vitaminés devenus mythiques . Qui n’a pas un jour entendu parler le la fameuse AC Cobra Shelby ? Dans les années 70 et 80, quelques petits artisans constructeurs marginaux feront des copies, plus ou moins réussies d’ailleurs, de l’original mais sans gros succès . Mais de nos jours, le mythe est en train de renaître, le Cobra est de retour et quel retour ….





Les designers américains sont plutôt nostalgiques et rêveurs aujourd’hui et ils se font plaisir avec la dernière incarnation en date du jouet préféré de Carroll Shelby, qui n’était autre que l’AC Cobra . La nouvelle Cobra Venom V8 a été conçue comme un exercice de style et de modélisation par le directeur artistique et designer Jamie Martin . Ce design est un hommage au grand partenariat anglo-américain qui a produit l'une des voitures de course les plus célèbres du siècle dernier . Fan de cette icône des années 60, Jamie voulait en produire une version moderne mais toujours dans la veine de cette voiture légendaire, il voulait capter sa véritable essence pour l'adapter au monde moderne ….





Le design de la Cobra Venom V8 est une pure merveille qui allie les gênes du passé au style moderne avec panache . Les rondeurs savamment dosées, le côté bestial pas trop prononcé ou cet arrière trapu qui en impose, tout est top, le Cobra est de nouveau prêt à lancer son venin . Et de venin, parlons-en justement, le choix des ingénieurs s’est porté tout naturellement vers une motorisation dans la lignée de l’AC Cobra pour ce qui concerne le fournisseur, et donc Ford . En revanche ils ont volontairement dérogé au dogme du classique V8 atmosphérique de forte taille pour un plus bloc beaucoup plus moderne . Tout en alliage, plus petit et plus léger, c’est le V8 Ford de 4,6 Litres de cylindrée suralimenté par compresseur, le même que la Mustang GT500 . L’engin développe 524 chevaux à 6200 tr/mn et un couple de 569 Nm à 3500 tr/mn, il est accouplé à une boîte à six rapports à commandes au volant ....





Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2010/07/21/Cobra-Venom-V8-2008
Auteur jpbfanclub
Membre
#37 | Posté le: 3 Juil 2015 22:33
Connaught Syracuse Type-D GT






Connaught était un ancien constructeur de châssis de course automobile et une ancienne écurie de Formule1 fondée par Kenneth McAlpine, Rodney Clarke et Mike Oliver en 1950 en Angleterre . L’activité démarre en juillet 1951 par la construction d'une monoplace de Formule 2 . Les Connaught sont des voitures assez performantes et les débuts à Silverstone sont très encourageants . A partir de 1952, les premières F1 vont assez régulièrement entrer dans le top dix jusqu’en 1959 ou la firme cesse son activité ….





Le petit constructeur anglais, Connaught Motors Company, renaissait de ses cendres en 2005 d’une façon politiquement correcte et dans l’air du temps en présentant une voiture dite écologique baptisée Type-D H équipée d'un V10 hybride assez intéressant . En 2008, à Goodwood puis lors du Salon Auto de Londres, la firme a encore fait sensation en présentant maintenant la version GT sportive de sa précédente Type-D hybride . Voici un drôle de petit canard très attachant baptisé Connaught Syracuse Type-D GT qui doit son nom à un hommage à la victoire d'une Connaught sur le circuit de Syracuse en Sicile en 1955 avec à son volant un pilote anglais Tony Brooks ....





Afin de rappeler le passé glorieux de ses propulsions d'antan, le châssis de la Connaught Syracuse Type-D GT reprend les meilleurs principes de construction mêlant aluminium et matériaux composites pour une meilleure rigidité et un poids minimum . Sur ce châssis léger et robuste on a greffé un moteur assez novateur et insolite un V10 alu de 2.0 litres de cylindrée (vous avez bien lu 2.0l ou plus exactement 2110 cm3) mais gavé par un compresseur twin-scroll de 1.5 bars de pression, avec un angle de 22.5° d'ouverture développant 300 chevaux à 7 000 tr/mn pour un couple de 371 Nm à 3 000 tr/mn . La puissance est transmise aux roues arrière via un différentiel autobloquant à glissement limité, la transmission s'effectue au moyen d'une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports plutôt sportifs . Le travail aérodynamique a permis d'obtenir une bonne stabilité à haute vitesse ....





Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/05/27/Connaught-Syracuse-Type-D-GT-2008
Auteur jpbfanclub
Membre
#38 | Posté le: 5 Juil 2015 16:58
Covini C6W





En 1978, un petit artisan indépendant italien, Ferruccio Covini fonde sa propre marque d’automobile en présentant une voiture vraiment exclusive à 6 roues, mais pas un 4X4 ou un utilitaire, non, une véritable sportive GT . Ferrucio a vraiment une imagination débordante en présentant son étrange GT dotée de six roues dont quatre à l'avant, mais attention, ce bolide n'est pas farfelu et suit un intense programme d'essai pas complètement inédit quand on regarde du côté de la Formule 1 car il reprend le concept qu’avait mis au point en 74 l’écurie Tyrrell en F1 ....





Depuis sa présentation en 2004, la C6W a déjà vraiment évolué et propose désormais une finition fais main très soignée . La voiture est proposée en coupé ou en roadster dans la finition la plus Hi-tech que vous désirez . Le châssis tubulaire est très rigide et bien conçu et présente l’avantage d’être léger et solide . Sous le capot, l'équipe d'ingénieurs italiens a implanté un V8 Audi de 4.2 litres de cylindrée développant une puissance de 440 chevaux pour un couple de 45,9 Kgm à 2700 tr / mn . La transmission aux roues arrière de type Transaxle passe par une boite à vitesses séquentielle à 6 rapports avec palettes au volant de type F1 ....





En fait le système des quatre roues qui sont aussi directrices présente de multiples avantages . Quatre freins à disque chauffent moins et freinent mieux que deux . Quatre roues limitent l’aquaplaning car les deux premières essuient la route pour les deux de derrière . Quatre ressorts de suspensions absorbent mieux les poids suspendus que seulement deux . Quatre amortisseurs répartissent plus équitablement l’adhérence que deux et garantissent donc une stabilité accrue . Bien campée sur ses belles jantes alu et chaussée avec des pneumatiques performants, le châssis rigide et bien conçu procure à cette belle GT une tenue de route équilibrée et vraiment étonnante, les 6 roues doivent vraiment y être pour quelque chose . Avec ce poids mouche et l’honorable puissance de son V8, la bête à du être électroniquement limitée pour ne pas dépasser la barre des 300 km/h ....





Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/05/18/Covini-C6W-2008
Auteur jpbfanclub
Membre
#39 | Posté le: 8 Juil 2015 23:54
Datsun 260 Z Fairlady





C'est sous l'impulsion de Yutaka Katayama, alors président de Nissan US dans les années 60, que la marque Datsun allait développer et commercialiser une des sportives les plus diffusées de tous les temps . Après une étude de marché approfondie, il apparu évident aux yeux des dirigeants de la firme nippone que ce qu'ils considéraient alors comme une simple niche avec des volumes estimés de 24 000 unités annuelles, n'était pas exploitée . En effet, le marché américain ne comportait pas encore de coupé sportif à prix d'ami, les roadsters anglais étant désormais sur le déclin . Pour Nissan, le coup était également double avec l'ambition de donner une nouvelle impulsion à son image de marque alors jugée trop bon marché par ses dirigeants . Les techniciens japonais se mirent donc au travail pour accoucher d'un coupé sportif qui fera date sur le marché américain et qui rencontrera un succès énorme pour une auto sportive importée ….





Conçues en priorité pour le marché américain, les Datsun Z sont d’authentiques GT sportives devenues finalement culte dans de nombreux pays . Le chef designer Yoshihiko Matsuo va créer un magnifique coupé aux lignes aussi tendues qu’acérées qui va énormément plaire d’autant plus que le contenant sera à la hauteur du contenu . Toutes les versions qui vont se succéder des années 70 aux années 80 vont séduire une clientèle qui va apprécier cette GT moins chère que les italiennes, les allemandes ou même les britanniques du même type . La saveur caractéristique de la japonaise plus fiable et moins chère va faire des ravages . Sur la version Datsun 260 Z, les stylistes ont réalisé l’exploit de rallonger un coupé sport en 2+2 tout en lui conservant des proportions élégantes, c’est sans doute une des clé de son succès . Loin d’être massif, son profil gagne en autorité et ses ailles arrières se dégagent davantage de la chute du toit avec plus d’agressivité, une vraie réussite ….





Finalement si on analyse aujourd’hui la Datsun 260 Z, elle offre une similitude de ligne et d'équilibre avec une Ferrari Daytona . La face avant reste agressive avec deux phares ronds engoncés qui encadrent une calandre avancée, un peu comme une Alfetta GTV . Le long capot est orné d'un bossage imitant les Corvette contemporaines . Elle sera le point de départ d'une "success story" puisque 10 ans après son lancement, Datsun aura produit environ 550.000 véhicules . Aujourd'hui encore, Nissan, avec son coupé et roadster 350 Z perpétue cette tradition et cet esprit du " Z " avec éclat ….






Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/05/22/Datsun-260-Z-Fairlady-1978
Auteur jpbfanclub
Membre
#40 | Posté le: 10 Juil 2015 18:01
De Tomaso Pantera GT5 S





Le 28 octobre 1959, la société DeTomaso Automobili voit le jour près de Modène . Quelques années plus tard, DeTomaso tombe sous le charme bestial des AC Cobra et se prend à rêver de leur puissant V8 pour animer sa nouvelle voiture . Après négociations avec Ford, le partenariat est scellé et la Mangusta voit le jour à Turin en 1966 avec un V8 4L7 américain . Associée à Ford, la marque présente en 1969 la Pantera . Dévoilée au salon de New York de 1970, la voiture se voit assigner un objectif clair, se lancer à l’assaut du marché américain et concurrencer si possible la Chevrolet Corvette . A la très exclusive et sublime Mangusta de 1966, déjà motorisée par un V8 Ford de 4,7 litres, succède donc un modèle dont la vocation est d’offrir à la firme une dimension industrielle ….





Conçue en Italie et motorisée par une mécanique Ford, la De Tomaso Pantera appartient à cette race . Basse et agressive dans ses formes, la Pantera ne manque pas d’allure ni de personnalité, avec ses lignes acérées son design est dû à un styliste américain, Tom Tjaarda . La carrosserie est fabriquée par Vignale à Turin . Techniquement, la voiture a été conçue et développée par deux ingénieurs de renom, Dallara (un ancien de Lamborghini), et Bertocchi (ex-Maserati) . Sa structure autoportante en acier reçoit la mécanique en position centrale arrière . L’âme puissante de la De Tomaso Pantera est le V8 Ford Cleveland de 351 c.i. (5,7 litres), un moteur au gros couple bourré de chevaux qui accouplé à une boîte de vitesses ZF à cinq rapports devient un vrai régal ….





Avec sa ligne bestiale de supercar et les vocalises généreuses de son gros V8, la Detomaso Pantera GT 5 S impressionne, même si son logo n'a pas le prestige d'un cheval cabré elle est toutefois aussi exubérante et sans doute aussi belle qu'une Lamborghini . Bref, même si elle reprend de nombreux éléments Ford, elle semble réunir tous les ingrédients d'une supercar de rêve . C’est une propulsion magnifique est très performante, bien équilibrée, confortable et très rare . Déclinés en plusieurs versions et malgré sa mécanique de grande série d'une insolente simplicité technique, la Pantera présente un caractère entier qui n'a pas beaucoup à envier à des rivales plus prestigieuses, elle continuera d'évoluer jusqu'en 1995 ...





Je lui ai consacré un dossier plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/06/02/De-Tomaso-Pantera-GT5-S-1990
Auteur jpbfanclub
Membre
#41 | Posté le: 12 Juil 2015 16:43 | Edité par :jpbfanclub
Devon GTX





Dans l'univers des voitures de série ultra-performantes, ce sont quasiment toujours les même noms qui reviennent rapidement à l'esprit, Ferrari, Porsche, etc … Celles-ci comme beaucoup d’ autres pourraient bien avoir trouvé une nouvelle concurrente, apparemment sérieuse . En effet, la petite marque californienne Devon Motorworks avait depuis quelques années un seul but, celui de créer la meilleure supercar américaine jamais produite . Dans ce créneau des sportives et GT la lutte est vraiment dure mais le projet ne manque pas d’ambition ....





L’esthétique de cette Devon GTX semble plutôt réussie . La face avant est agressive sans tomber dans l’excès tandis que le profil sculpté est assez original avec ses surfaces planes peintes en noir mat autour des passages de roues . Pour finir, la partie arrière est très épurée avec des surfaces vitrées limitées au minimum, des feux relativement fins, un gros extracteur d’air et une double sortie d’échappement . Un dessin musclé, à l'image de ses prétentions dynamiques, et dont la face avant n'est pas sans rappeler une certaine TVR Sagaris . Le designer suédois Daniel Paulin a créé un chef-d'oeuvre de conception avec un subtil mélange de muscle et de courbes, la conception navigue entre le passé et la science-fiction, une vrai réussite néo-rétro ....





Pour ce qui est de la technique, la Devon GTX est un coupé deux places à moteur avant qui possède un châssis en aluminium extrudé et une carrosserie en fibre de carbone . Elle mesure 4374 mm de long, 1994 mm de large et 1230 mm de haut alors qu’elle repose sur un empattement de 2509 mm . Si Devon souhaitait acheter la licence et le nom Viper c’est en particulier parce que leur GTX est proche de cette dernière dans son architecture et son moteur . En effet, elle est motorisée par un gros V10 de 8.4 Litres de cylindrée issu de la Viper SRT-10 . Cet énorme bloc voit même sa puissance grimper un peu plus pour atteindre 650 chevaux à 6100 tr/min, sans aucune suralimentation, soit 50 chevaux supplémentaires qui sont obtenus via une admission et un échappement différent ....





Je lui ai consacré un article plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2010/07/23/Devon-Gtx-2009
Auteur jpbfanclub
Membre
#42 | Posté le: 15 Juil 2015 18:48
Dodge Viper SRT-10





À l'origine, la Dodge Viper est mise au point par deux américains, Bob Lutz (futur PDG de Chrysler) et Caroll Shelby (l'homme qui fit gagner les 24 Heures du Mans à Ford avec les inoubliables GT 40) . Le projet consiste à équiper une voiture de série d'un puissant moteur culbuté, choisi pour sa fiabilité et son couple important . La Dodge Viper a fait sa première apparition au salon automobile de Detroit en 1989 et a connu un tel succès que les dirigent de la marque décident de la commercialisé en 1992 en créant un label inédit baptisé « SRT » ( Sport Rapid Transit ). Depuis 1992 la Dodge Viper a évoluée et est commercialisée sous plusieurs modèles différents en coupé et aussi en cabriolet roadster, mais toujours avec le même charme, la même démesure, toujours virile et encore plus bestiale ….





Le fabuleux moteur V10 à 90° qui équipe la Dodge Viper SRT-10 reste la pièce maîtresse . De ses origines de moteur de camion, il n’a plus conservé grand-chose hormis sa cylindrée . En fait le plus gros moteur du monde installé sur une voiture de série est maintenant un moderne V10 en aluminium de 8,4 litres de cylindrée qui développe 612 chevaux et 760 Nm de couple . Une force démoniaque dont 90 % est disponible entre 1500 et 5600 tours . Un caractère hors du commun, incomparable, qu’on peut à la rigueur rapprocher d’un gros V8 gavé par un ou deux turbos, avec le temps de réponse en moins . Une disponibilité de tous les instants qui facilite le pilotage de la bête ....





La Dodge Viper SRT-10 possède un châssis bien conçu et très rigide ainsi que des suspensions performantes et bien étudiées ce qui lui procure avec ses jantes aluminium de 18 et 19 pouces et ses larges pneumatiques Michelin Pilot une excellente tenue de route . Avec un poids assez correct de moins d’une tonne et demi, les performances sont très largement positive avec plus de 300 km/h de vitesse de pointe et moins de quatre secondes au 100 km/h . A l’intérieur, la finition et l’ergonomie progressent et le cuir se mari harmonieusement avec l’aluminium et le carbone . Finalement, la Dodge Viper SRT-10 semble réunir tous les ingrédients d'une supercar de rêve . Cette propulsion magnifique est très performante, bien équilibrée, très souple et assez confortable . Avec cette incroyable silhouette virile et bestiale, elle existe en deux versions, Coupé ou Roadster pour un tarif de l’ordre de 110.000 €, venimeuse à souhait cette Dodge Viper ....






Je lui ai consacré un article plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/06/06/Dodge-Viper-SRT-10-2009
Auteur jpbfanclub
Membre
#43 | Posté le: 17 Juil 2015 17:53 | Edité par :jpbfanclub
Elfin MS8 Streamliner





Voici un modèle et une marque que l’on ne connaît pas vraiment bien puisqu’elle nous vient du vaste continent Australien de l’autre côté de la planète . Elfin Sports Cars est un petit constructeur australien basé à Melbourne qui réalise des voitures sportives très typées sur base de Holden qui appartient à la General Motors . L’histoire remonte quatre années plus tôt lorsque Michael Simcoe souhaita créer une voiture sportive avec Bill Hemming et Nick Kovatch qui venaient de redonner naissance à cette ancienne marque australienne qui gagna deux fois consécutivement l’Australian Tourist Trophy Sports Car Championships en 1975 et 1976 ….





Lors du dernier Salon de Melbourne, la firme ressuscitée avait présenté la Elfin MS8 Streamliner en avant première et aujourd’hui celle-ci passe à la production . Cette voiture sportive du genre petite anglaise de la bonne époque propose un design qui a été réalisé par une équipe de designers de Holden dirigés par Michael Simcoe, lequel est à présent devenu Directeur du Design de General Motors North America . Le résultat est très plaisant à l’oeil avec des lignes élégantes mettant en valeur 6 feux ronds à l’avant, 4 feux ronds à l’arrière et les deux sorties d’échappement . Les prises d’air latérales et les superbes jantes de 18 pouces parachèvent le travail de ce petit roadster assez élégant, un savoureux mélange de Lotus Seven et d'AC Cobra . Construite sur un châssis tubulaire mécano-soudé, cette stricte deux places est rigide et légère car elle n’accuse à peine que 1.050 kilos sur la balance ….





Sous le capot de la Elfin MS8 Streamliner on trouve un V8 de 5,7 litres de cylindrée d'origine GM en provenance directe de la Corvette C5 développant 335 chevaux et donc capable de catapulter avec aisance les 1050 kg de cette Cobra moderne . Accouplé à une boîte de vitesse manuelle à 6 rapports, ce bloc moteur n’a aucun mal à procurer de fortes sensations à son volant . Le freinage est performant puisqu’il se compose de disques perforés et ventilés de 343 mm à 6 pistons à l’avant et de 315 mm à 4 pistons à l’arrière, le tout garantissant de grosses décélérations en toute sécurité . Une version baptisée Clubman est aussi disponible, mais elle se différencie par son poids de seulement 925 kg, soit 125 kg de moins que la MS8 Streamliner ce qui améliore encore les performances et les sensations à son volant, un véritable dragster ....





Je lui ai consacré un article plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2010/05/27/Elfin-MS8-Streamliner-2008
Auteur jpbfanclub
Membre
#44 | Posté le: 20 Juil 2015 18:02
Endora SC1





Décidément, nos amis allemands passionnés d’automobiles et surtout de sportives ont bien de la chance car ils vivent dans un pays ou le nombre d’artisans et de petits constructeurs spécialisés dans les GT est conséquent . En fait, ils ont un vivier de sorciers de la mécanique et d’officines de préparations qui leur offrent le choix d’un large éventail de sportives en tout genre . Parmi ces petits constructeurs indépendants, il en est un récent et donc méconnu pour l’instant, « Endora Cars » qui vient de présenter son tout premier coupé sport à hautes performances ….





La très insolite Endora SC1, c’est son nom, est une voiture de sport conçue et développée sur la base de la Chevrolet Corvette C6 en très petite série . Esthétiquement, ce coupé semble s’accommoder de lignes rétro de modèles des années 60 mais revisité au goût du jour . Le design de ce coupé est tout à fait surprenant car il est à mi chemin entre les voitures américaines des années 60 et 70, avec notamment un arrière massif biseauté, agrémenté de deux feux ronds et d'ailes recouvrant partiellement les roues arrières . L'avant se montre nettement plus novateur et on lui trouve même un petit air de famille avec la dernière Honda NSX dont elle reprend les feux . Le pavillon de toit quant à lui est le même que celui de la Corvette dont elle dérive . Finalement ce mélange hétéroclite n'est pas sans charme et attire immanquablement l’oeil ….





Sous le capot de la sulfureuse Endora SC1, les motorisations proviendront aussi de chez General Motors, on retrouvera donc les 3 moteurs de la Corvette . Un V8 de la C6 de 6,2 litres de cylindrée d'une puissance de 437 chevaux, un autre V8 de la ZO6 de 7 litres de cylindrée qui développe la puissance de 512 chevaux et finalement pour ceux qui en veulent encore plus, le V8 de la ZR1 de 6,2 de cylindrée turbo compressé de 647 chevaux . Pour les transmissions deux types seront proposées, une boîte manuelle à 6 rapports disponible uniquement en option, et une automatique à 6 rapports avec des commandes au volant . Ce superbe coupé recevra aussi un antipatinage et un contrôleur de trajectoire . La vitesse est limitée électroniquement à 250 km/h ….





Je lui ai consacré un article plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2011/05/27/Endora-SC1-2011
Auteur jpbfanclub
Membre
#45 | Posté le: 21 Juil 2015 17:53
Excalibur RS Hawk Roadster





En 1963, aux Etats-Unis, à Milwaukee, Sherwood Egbert, le patron du légendaire constructeur automobile américain Studebaker sait que sa firme est au bord de la faillite et pour tenter de redresser les ventes et l'image de la marque, il demande à Brook Stevens (son nouveau designer qui vient tout juste de succéder au fameux Raymond Loewy) de créer des voitures plutôt extraordinaires qui seraient exposées dans divers shows automobiles . Brook Stevens s’inspire de la Mercedes SSK de 1928 pour imaginer son premier concept-car construit au départ sur un châssis modifié (raccourci) d’une Studebaker convertible et motorisée par son V-8 ....





L’année suivante, en 1964, les deux fils de Brook vont monter la firme Excalibur qui va exploiter la vision du père en se spécialisant et finalement en crédibilisant l'industrie de la réplique de voitures anciennes aux Etats-Unis. La firme Excalibur a produit méticuleusement de magnifiques et très exclusives routières luxueuses, au rythme d'une centaine d'unités par an, puis 200 par an à partir du milieu des années 70 . Le premier modèle présenté en 1964 (ou Série I) reprenait le style de la Mercedes SSK de 1928 ....





En 1966, la disparition de Studebaker va obliger les frères Stevens à s'approvisionner chez General Motors, pour les mécaniques, les équipements et les accessoires nécessaires au montage de leurs Excalibur . Le moment était venu de relancer un des projets inachevés du père, un Roadster sportif de Grand Tourisme puissant et racé baptisé Excalibur RS Hawk Roadster, un véritable OVNI dans le paysage automobile de l’époque . En appliquant son principe de la finition soignée et du montage méticuleux, la firme va proposer une véritable GT Supercar avant l’heure aux passionnés fortunés qui voudront avoir un véhicule véritablement exclusif ....





Je lui ai consacré un article plus complet avec des vidéos et des photos à voir ici :

http://blog.jpblogauto.com/post/2009/06/10/Excalibur-RS-Hawk-Roadster-1968
 Page Page 3 of 13:  ««  1  2  3  4  5  ...  9  10  11  12  13  »» 
Les voitures www.michelvaillant.com Forum / Les voitures / Les GT et Supercars de rêve Top
Votre réponse Cliquez pour remonter le message

Pour vous identifier sur le forum, connectez-vous à votre compte Michel Vaillant.