Connexion
Mot de passe perdu ?
Je souhaite créer un compte
Ce forum doit rester un lieu convivial d’échanges autour du sport automobile et de la bande dessinée Michel Vaillant.
Courtoisie, respect et politesse sont donc de mise... Pour les autres, des forums "spécialisés" existent.
Les pilotes de courses www.michelvaillant.com Forum / Les pilotes de courses /

Ferdinand Piech

 
Auteur Philip1956
Membre
#1 | Posté le: 29 Aou 2019 11:52
J'ai lu que Ferdinand Piech est décédé le 25 de ce mois. C'était le "père" de la fameuse Porsche 917.


R.I.P.
Auteur jpbfanclub
Membre
#2 | Posté le: 29 Aou 2019 14:41
Ferdinand Piëch - Ses créations les plus célèbres

De la Porsche 917 à la Volkswagen qui ne consomme qu'1 litre aux 100 km !

Ferdinand Piëch est mort. L'infâme gestionnaire et développeur de voitures est décédé à l'âge de 82 ans. Après des études à l'ETH Zurich, le petit-fils de Ferdinand Porsche rejoint l'entreprise familiale éponyme. A part un passage très court pour Mercedes (où il aurait pu plus tard devenir responsable du développement, mais qu'il a refusé à cause de la pression des coûts), sa carrière s'est poursuivie dans le groupe Volkswagen. En tant que président d'Audi, avant de finalement accéder au poste de président du Directoire de VW.

- La saga des Audi RS 6
- Les éditions spéciales de la Bugatti Veyron

Ferdinand Piëch parlait parfois de "la construction de voitures" comme d'un hobby. Il a souvent exploré les limites de ce qui était techniquement faisable. Le meilleur exemple étant la Bugatti Veyron. Beaucoup de ses développements ont été révolutionnaires et restent plus que jamais actuels. Avec des aspects à la fois positifs et négatifs :

- La voiture de course sous sa forme moderne (Porsche 917),
- la traction intégrale sur les voitures particulières (quattro),
- la technologie diesel TDI avec l'extrême Volkswagen 1 litre,
- la stratégie de plateforme et l'orientation premium.

Piëch était à la fois stimulant, excitant, querelleur et sûr de lui.

(c) - Roland Hildebrandt
Auteur jpbfanclub
Membre
#3 | Posté le: 29 Aou 2019 14:43
Auteur jpbfanclub
Membre
#4 | Posté le: 29 Aou 2019 14:51
Ferdinand Piëch, la disparition d'un géant controversé

Acteur majeur de l'automobile moderne, artisan de la construction du groupe Volkswagen, il était à l'origine de la Porsche 917, du Quattro d'Audi et de la relance de Bugatti.

Cet homme-là est d'une nature peu répandue, tirant moins sa légitimité de sa parentèle Porsche que de ses talents d'ingénieur, passionné de technique et de sport automobile mais aussi visionnaire d'une industrie globalisée. Ferdinand Piëch, immense industriel et figure historique du constructeur automobile Volkswagen, est mort à l'âge de 82 ans, ont rapporté des médias allemands, dont l'agence de presse Dpa lundi soir.

Un porte-parole du groupe n'a pas voulu commenter les informations des médias affirmant à l'instar de Bild que Ferdinand Piëch est mort dimanche soir dans un hôpital de Rosenheim, en Bavière, où il avait été transporté après s'être écroulé dans un restaurant sous les yeux de sa femme.

Le quotidien des affaires Handelsblatt a également annoncé sa mort, citant la famille de l'ancien président du directoire et président du conseil de surveillance de Volkswagen.

Né à Vienne (Autriche) le 17 avril 1937 Ferdinand Piëch était le petit-fils de Ferdinand Porsche, concepteur de la mythique voiture de sport, la 356 devenue la 911 par la suite. Il est membre des clans Porsche et Piëch qui contrôlent toujours le constructeur et a grandi dans les bureaux et les ateliers de son grand-père, faisant preuve d'une curiosité et d'une acuité intellectuelle sans pareil.

Sa passion juvénile l'a naturellement dirigé vers des études d'ingénieur mécanique au Swiss Federal Institute of Technology (ETH) à Zurich (Suisse). Il débute sa carrière en 1963, au département d'essais moteur de Porsche KG à Stuttgart-Zuffenhausen. La magistrale voiture de course Porsche 917, le plus bel exemple de voiture mise au point sous sa férule, vaut à Porsche sa première victoire aux 24 Heures du Mans en 1970.

Après avoir exercé plusieurs fonctions, Piëch devient directeur technique de Porsche KG en 1971. Mais en 1972, le conseil de famille Porsche décide que les dirigeants de l'entreprise doivent être extérieurs à la famille. Dépité, Ferdinand Piëch rejoint donc un autre constructeur peu connu encore, Audi NSU Auto Union AG, à Ingolstadt. Il est chargé de tâches de développement technique spécifiques. Il prend la tête du bureau d'études dès 1974, et, l'année suivante, est nommé au conseil d'administration selon une ascension fulgurante.

Comme s'il avait une revanche à prendre, Piëch s'empare à bras le corps d'Audi et donne une nouvelle jeunesse au slogan « Vorsprung durch Technik » (la technique est notre passion). Une véritable profession de foi qui allait faire décoller la marque aux anneaux à coup de révolutions techniques envoyées comme autant de messages à la maison d'en face. Cela passe par un repostionnement vers le haut de Audi qui allait alors multiplier les premières et les confronter à l'epreuve de la compétition automobile.

Piëch jalonne cette ascension avec le moteur cinq cylindres, le turbocompresseur, la transmission quattro, la carrosserie entièrement galvanisée, le moteur diesel à injection directe (TDI), la première Audi V8, la construction en aluminium léger. Excusez du peu. Les victoires en championnat du monde des rallyes et à Pike's Peak allaient largement contribuer à la nouvelle notoriété d'Audi. Il touche en 1993 à un véritable reconnaissance quand Volkswagen, au bord de la faillite, fait appel à lui pour redresser le constructeur en grande difficultés.

L'Audi Quattro a defrayé la chronique du rallye avec notamment Walter Rohrl et la française Michèle Mouton

Il y est parvenu en introduisant la construction modulaire, les éléments mécaniques pouvant servir indistinctement à plusieurs marques, le distingo étant essentielelment cosmétique pour les modèles de grande série. Le pouvoir est donné aux designers chargés d'habiller une plateforme rigoureuse en Volkswagen, Seat, Skoda voire Audi. La marque aux anneaux a cependant conservé la primeur des innovations et du standing le plus élevé.

Piëch, sûr de son fait, a ainsi gravi tous les échelons, redressé Volkswagen en en faisant, des Etats-Unis à la Chine, un groupe très puissant. Il est considéré comme le patriarche de VW qu'il a lancé dans le XXIe siècle, comptant sur un portefeuille de plus d'une dizaine de marques automobiles, avant de céder la direction du groupe en 2002. Cela ne l'a nullement empêché de continuer par la suite à tirer les ficelles, alors qu'il est devenu l'influent patron du conseil de surveillance.

Sous son impulsion mais également avec des résistances parfois farouches au sein même de sa propre famille, il a construit un groupe de stature mondiale. Il a notamment mis en place des process inspirés de Fiat pour les premières banques d'organes, des bases techniques communes servant à plusieurs marques. L'idée est d'offrir au client la meilleure technique possible au prix juste.

Pour cela, il a notamment prié les équipementiers d'intervenir sur les chaînes mêmes de montage afin de conserver jusqu'au bout l'entière responsabilité de leur fourniture. Après avoir relancé Bugatti en 1998, assemblée à Molsheim (Alsace) sur les lieux de l'usine historique, avoir repris Seat, Skoda, Bentley - mais raté Rolls Royce - puis Lamborghini (ces deux dernières egalement en 1998) et les motos Ducati, Piëch a construit un empire à force d'intuitions, de persévérance et de recherches inlassables. Affaibli, il avait quitté son poste en 2015 à l'issue d'une dernière bataille avec le patron de l'époque, Martin Winterkorn.

Ce dernier, impliqué dans ce qui allait devenir l'affaire du dieselgate, avait joué le rôle d'exécuteur face au patriarche qui s'était retiré sans vraiment livrer bataille, ce qui ne lui ressemblait pas. Sa réelle connaissance du dossier sulfureux du diesel truqué reste, aujourd'hui encore, une énigme.

Au centre d'une vie personnelle agitée et réprouvée par la famille Porsche, Ferdinand Piëch est à lui seul un véritable sujet de roman ou de série, lorsque toutefois tous les secrets et parts d'ombre qui l'entourent seront levés. Ayant grandi aux côtés de Ferry Porsche, jeune ingénieur de développement ayant contribué aux grands progrès de l'automobile, vulgarisateur du Quattro routier et stratège hors pair, Piëch est devenu, après avoir rassemblé toutes ces marques souvent prestigieuses au sein du mastodonte Volkswagen Group, un authentique seigneur de l'industrie, aussi redouté et craint qu'admiré.

(c) - Jacques Chevalier
Auteur jpbfanclub
Membre
#5 | Posté le: 29 Aou 2019 14:52
Auteur dan
Membre
#6 | Posté le: 29 Aou 2019 20:16
jpbfanclub
Merci jpbfan,nous en savons plus sur ce grand Monsieur F.PIECH !
 
Les pilotes de courses www.michelvaillant.com Forum / Les pilotes de courses / Ferdinand Piech Top
Votre réponse Cliquez pour remonter le message

Pour vous identifier sur le forum, connectez-vous à votre compte Michel Vaillant.